Arena du Pays D'aix

L’Arena du Pays d’Aix se démarque déjà

Bienvenue dans l’Arena du Pays d’Aix, un écrin construit à Luynes (site des Trois Pigeons), qui marque l’entrée sud d’Aix-en-Provence. Les formes arrondies, presque féminines, semblent émaner du lieu, et s’imposer comme une évidence. Les circulations, toutes vitrées, sont éclairées naturellement. «La lumière naturelle est le matériau le plus utilisé dans mes projets. Pour moi, c’est une obsession», illustre joliment  l’architecte marseillais Christophe Gulizzi. 

L’Arena du Pays d’Aix a certes un résident, le Pauc (Pays d’Aix Université Club), club de handball de la ville. Mais, composé de deux salles – le « chaudron » et une salle annexe d’entraînement avec tribunes -, le site a aussi vocation à attirer des compétitions sportives indoor – hockey, trial, tennis, volley, équitation… -, des événements culturels, des spectacles et des concerts. Le « chaudron » comprend deux couronnes (une haute et une basse), totalement séparées.

Si le public est plus réduit, seule la couronne basse sera activée, et la couronne haute refermée, afin d’optimiser le remplissage. Une deuxième tribune motorisée rétractable de 1 000 places permet par ailleurs de démultiplier les différentes options spatiales du « chaudron ».

Avec ses 6 000 places en configuration handball (jusqu’à 8 500 en configuration spectacle), l’équipement – le plus important qu’ait conçu Christophe Gulizzi -, livré en septembre 2017, se démarque déjà sur la scène nationale : il figure parmi les lauréats des ArchiDesignclub Awards 2018 (Muuuz), dans la catégorie Sport.

« Cette Arena n’est pas un gymnase agrandi, insiste l’architecte provençal. C’est un théâtre contemporain, qui conjugue sport, spectacle et culture. » Avec un parti-pris de couleurs neutres – anthracite et gris -, pour que le terrain central ressorte davantage. Place au confort, également, avec des sièges en bois, et non des coques en plastique.

Le public est positionné au plus proche du terrain, sans garde-corps risquant d’obstruer la vision, et agissant comme des barrières. L’acoustique – six millions d’euros investis pour ce seul poste – est l’un des points forts de l’équipement : simulations 3D lors de la mise au point des esquisses, types de matériaux, grill technique, forme de la salle… « La production de Florent Pagny et ses ingénieurs du son ont été très satisfaits de l’acoustique. C’est primordial, car l’information va circuler dans le milieu. Ces bons retours annoncent la réussite future de la salle », décrypte Christophe Gulizzi.

Le parvis extérieur est pour partie abrité, par un esthétique porte-à-faux (12 mètres de débord en surplomb), afin de protéger le public du soleil ou des intempéries lors des longues attentes d’avant-concerts. Au nord de la parcelle, une zone technique héberge la logistique, la régie médias, les tourneurs et les bus des joueurs ou des artistes.

Côté prestations, on peut noter le hammam, les bains froids, l’espace balnéothérapie ou encore l’incontournable espace VIP, organisé autour de deux grands patios. Les salons peuvent accueillir jusqu’à 1 200 personnes, et les 16 loges disposent de 230 places.

Autre particularité de ce projet : le maître d’ouvrage a changé en cours de route ! Impulsé par la communauté d’agglomération du Pays d’Aix, il s’est en effet achevé avec la Métropole d’Aix-Marseille-Provence.

À ce titre, l’Arena opère la jonction entre Aix-en-Provence et Marseille, et apporte au territoire un équipement qui lui faisait défaut. « Le Dôme de Marseille a une capacité moindre, et cette Arena s’inscrit entre celles de Montpellier et Nice », observe Christophe Gulizzi. Pendant un an et demi, il est passé « chaque semaine » pour suivre le chantier : derniers choix de mise en œuvre, arbitrages, « et parfois par simple plaisir ».


Malgré cette belle référence, s’ajoutant, entre autres, au complexe sportif Z5, livré, à tout juste 400 mètres de l’Arena du Pays d’Aix, en 2009 pour Zinédine Zidane, Christophe Gulizzi tient à garder pour son agence une « production artisanale (huit salariés) ». « C’est mon passé de menuisier-ébéniste », sourit ce fils d’immigré maçon de Palerme, diplômé de l’école d’architecture de Marseille Luminy.

La patte de Profils Systèmes

Le plus de transparence possible : c’est le cahier des charges (et il ne varie pas) fourni par Christophe Gulizzi à Profils Systèmes. « Profils Systèmes a réalisé ce que je souhaitais, avec un temps de réactivité très court, résume l’architecte à #Signature. De mon côté, j’ai entendu leurs problématiques techniques et financières. »

La marque de fabrique de Profils Systèmes ?

« C’est le seul gammiste aluminium que je connaisse qui crée des filières spécifiques, avec une telle capacité d’écoute et d’efficacité dans la mise au point. » « Pour réaliser la partie vitrée extérieure, nous avons créé des profilés, en adaptant notre gamme », détaille Aymeric Reinert, directeur général adjoint de Profils Systèmes.

Cinq profilés spécifiques ont été extrudés par Profils Systèmes en un temps serré, le timing du chantier étant lui-même très contraint : deux semaines et demi, à peine, entre le moment où le concept a été validé par l’entreprise et l’architecte, et la livraison du profil !

Ces profilés dédiés assurent la jonction entre la structure acier maintenant les anneaux, et la partie vitrée constituant la façade. La partie horizontale, type frappes (menuiseries), a été adaptée avec la partie verticale, type mur-rideau aluminium. « Christophe Gulizzi a une certaine vision du design, et c’est la raison pour laquelle cela fonctionne entre lui et nous, ajoute Aymeric Reinert. Son approche de l’architecture, artistique autant que technique, nous pousse à de belles réalisations. Ses demandes sont autant de challenges intéressants, pour nous, à relever. Et les bâtiments qu’il signe ont chacun leur personnalité propre. »

La société Sam (Istres, 100 salariés, membre du réseau Menuisiers Certifiés), qui travaille avec Profils Systèmes depuis 30 ans, a fabriqué et posé les menuiseries extérieures de l’Arena.

L’Arena du Pays d’Aix en chiffres

– Surface bâtie : 20 000 m2, sur trois niveaux
La superstructure est composée essentiellement de poteaux, poutres béton et des noyaux en voile béton
– 300 000 heures de travail, 450 personnes ayant travaillé sur site pendant 18 mois
– Surface du site : 12,6 hectares
– Coût des travaux : 50 millions d’euros (honoraires inclus)
– 4 406 gradins en béton et 1 624 gradins télescopiques rétractables
– 8 500 m2 de façades
– 14 300 m2 de toitures
– 1 400 tonnes d’acier en charpente
– 11 700 m3 de béton.
– Parkings paysagers comprenant 1 000 places de stationnement, auxquels s’ajoutent 200 places pour le parking du pôle multimodal


REPÈRES
– Mandataire du groupement de conception-réalisation : Fayat Bâtiment
– Autres membres du groupement lauréat : Christophe Gulizzi, Auer Weber Architectes (Munich et Stuttgart), bureaux d’études CTE et Artelia, VRI, TPFi, Kanju, Altia, R2M, Axima, VSA et Ineo
– Menuiseries extérieures : Profils Systèmes
– Fabricant installateur : SAM ALU (13) Istres – www.sam-alu.fr – Menuisier Certifié Profils Systèmes
– Gestionnaires, pour une durée de 7 ans : Lagardère Sports and Entertainment (spécialisé dans le sport et le divertissement) / Sodexo

Photos : Lisa Ricciotti

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.