Villa contemporaine Dank Architecte

Une villa contemporaine subtilement pensée

Les villas contemporaines neuves et haut de gamme n’ont guère de secret pour l’occupant des lieux : c’est son métier ! Architecte associé au sein d’une agence réputée, le propriétaire a souhaité une maison de plain-pied, « avec un vrai rapport à l’extérieur, et deux grandes baies coulissantes au niveau de la pièce de vie ». Les enjeux forts : l’esthétique, bien sûr, « mais d’abord et avant tout, l’usage, que ce soit pour notre maison ou celles de nos clients. Je réfléchis en priorité aux plans fonctionnels, aux vues, aux rangements… », insiste-t-il.

Discrétion des menuiseries

Implantée sur la partie supérieure de la pente, cette maison contemporaine se raccorde aux niveaux du terrain naturel. Le socle structurel semi-encastré sert de soutènement, et intègre les locaux techniques et espaces de stockage. La triple contrainte de hauteur réglementaire, d’une emprise au sol réduite et de la pente naturelle, mais également un souhait en termes de mode de vie (notamment avec deux enfants en bas âge), a amené à une conception de plain-pied, avec un sous-sol partiel. Ce niveau unique permet un lien de proximité entre tous les espaces, y compris avec les chambres des enfants.

Les châssis vitrés verticaux se distinguent par leur grande hauteur (2,5 mètres), « ce qui relativise la hauteur standard du plafond », détaille l’architecte. Les fenêtres alu sont en gris diamant, avec une bicoloration dans les chambres (blanc dedans, gris à l’extérieur). « J’aime traiter les détails de manière minimaliste avec des jeux de ton sur ton, ajoute-t-il. En optant pour une menuiserie blanche sur un mur blanc, le paysage extérieur est placé au premier plan. » L’avantage de la menuiserie devient sa discrétion. Il en est de même pour la capacité d’encastrement des coulissants.

Vue plongeante

Pour limiter l’emprise au sol, les espaces techniques sont glissés sous le plateau habitable et desservis directement par l’extérieur. L’édifice semble léviter au-dessus du jardin. Les véhicules se glissent en-dessous de la structure, en toute discrétion. « La vue plongeante, sans avoir à se pencher à la fenêtre, saisit l’invité. Le champ de vision est large, et la sensation de hauteur agréable, confie l’hôte à Signature. De plus, la lumière rebondit mieux. »
Le grand cadre en béton banché, laissé brut s’étend sur la façade ouest, au-delà du séjour, pour créer un espace terrasse-pergolas, tel un trait d’union vers le jardin. « Nous attendons de finaliser notre projet avec l’intégration d’une pergola alu bioclimatique, qui viendrait remplir le cadre maçonné aujourd’hui ouvert sur le ciel ». Une solution proposée également par Profils Systèmes.

Déambulation intérieure

A l’intérieur, les circulations enlacent un meuble central, comme dans une déambulation sans fin, débouchant toujours quelque part, avec des sources de lumière extérieure. Le meuble central se veut chaleureux, avec un revêtement en chêne. Il est constitué d’une alternance de rangements fermés et de niches ouvertes et éclairées. A l’intérieur de cet espace central se trouvent dissimulées les pièces d’eau, accessibles depuis le couloir des chambres via des portes invisibles au fil du mur également en bois. Ce dispositif original de circulation évite l’effet cul-de-sac ou l’impression d’une distribution mécanique des accès.

A l’est, l’espace nuit est défini par une enfilade de trois chambres. A l’ouest, se trouve l’espace séjour ouvert, avec une cuisine, une salle à manger et le salon. Au nord et au sud, des passages périphériques permettent de circuler au travers d’un hall d’entrée et d’un bureau pouvant aussi servir de chambre d’amis.

Jeux avec la lumière

Les circulations sont éclairées naturellement. « Le positionnement de chaque fenêtre, dans l’axe de la porte d’entrée des chambres, permet au regard de filer vers l’extérieur, une sensation à mon sens très importante, car elle démultiplie la sensation d’espace », souligne le concepteur-occupant de la maison, très attentif au moindre détail. Même esprit d’évasion visuelle au niveau du bureau, connecté à l’extérieur par un bandeau vitré, large de 3,35 mètres.

Quant au séjour, il est situé à l’opposé de la rue, et donne sur le jardin. Cette pièce de vie, un grand espace rectangulaire, mêle avec convivialité la cuisine et le salon, dans une continuité de ton et de sol. Une grande baie de 5,3 mètres, donnant au sud, est composée de trois vantaux coulissants, pouvant s’ouvrir en grand. A une occultation extérieure motorisée, a été préférée une casquette en béton d’1,8 mètres. L’été, les rayons du soleil stoppent leur course au pied de la baie, sans percuter les vitrages. La lumière pénètre ainsi à l’intérieur, sans effet de surchauffe.

Au niveau du coin repas, deux vantaux à galandage s’étendent sur 3,6 mètres. La surface de la terrasse est associée à celle du salon, dans une relation harmonieuse entre l’extérieur et l’intérieur. « Lorsque nous ouvrons les baies vitrées, la surface exploitable de la pièce de vie passe alors de 45 m2 à 85 m2 ! », ajoute l’architecte. Sur le seul mur du salon, est agrafée la télé. C’est dans ce mur que glissent les deux baies vitrées à galandage. Le cadre des menuiseries coulissantes est intégralement encastré, laissant le sol, les murs et le plafond glisser de façon uniforme entre l’intérieur et l’extérieur.

Des profilés alu adaptés aux villas contemporaines

Trois gammes de Profils Systèmes habillent la villa : Satin Moon® pour les portes d’entrée, Pazco® pour les fenêtres à ouvrants cachés à la française et Satin Road® pour les baies coulissantes alu. « Des produits qui correspondent à ce type de villa architecturale », relève Sébastien Laurent, gérant de STBN (Couzon-Mont-Dore, 9 salariés), qui fabrique, coupe, assemble et installe les menuiseries alu Profils Systèmes. « La finesse des croisements nous permet de réaliser de la grande hauteur. Les dormants sont masqués, même lorsque la menuiserie est ouverte. Le dormant haut est inséré dans le faux plafond, le bas dans le carrelage et le latéral dans le placo. »

Particularité constructive : les châssis fixes de la cuisine et du bureau ont été noyés dans le mobilier. « Le propriétaire a souhaité que l’on ne voit que du verre entre les meubles. Les fenêtres ont été ainsi élargies, puis l’agenceur a recouvert le dormant de la menuiserie derrière les meubles », explique Sébastien Laurent. « Nous avons ainsi l’impression que le meuble fait office de mur. Les menuiseries alu de Profils Systèmes permettent ce type de prouesse », ajoute le propriétaire. Le châssis fixe du coin repas épouse la longueur du plan de travail, sur 4 mètres, et laisse percer la lumière du nord.

« Profils Systèmes propose des gammes à la fois haut de gamme et robustes, observe l’architecte. On peut aller vers de grands formats, réaliser différentes colorations, faire disparaître les menuiseries dans les éléments… Nous travaillons avec le bureau d’études de Profils Systèmes depuis six ans, et le poussons le plus loin possible dans ses capacités d’intégration et d’encastrement. Certains profilés de réglage, cachés dans les doublages, sont très techniques et peuvent s’adapter. » Quoiqu’il en soit, le résultat est bel et bien là. A tel point que les menuiseries sont souvent la chose qui marquent le plus les visiteurs.


Repères  
Maîtrise d’œuvre/conception : Dank Architectes
Menuisier fabricant : STBN ALUMINIUM 69 Couzon-au-Mont-d’Or Menuisier Certifié Profils Systèmes
Menuiseries : Gammes Satin Road®, Satin Moon® et Pazco® Profils Systèmes
Photos : Kévin Buy

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.