Showroom d'Athezza-Hanjel, crateur d'ambiances

Athezza et Hanjel : créateur d’ambiances

Peu le savent : à Uzès (Gard), repaire historique des marques Athezza et Hanjel, se niche un immense (3 000 m2 au total) show-room de meubles, accessoires de décoration, luminaires et univers de la table, sur deux niveaux.

Doté d’un restaurant, réservé aux professionnels – Athezza ne fait que du B&B -, le lieu démontre avec éclat l’atout-phare d’Athezza : une très grande gamme de produits (7 000 références au total !), à même de répondre aux attentes des revendeurs (indépendants, grandes chaînes de magasins). Libres à eux, ensuite, de créer leurs assortiments, s’ils le souhaitent. Les clients viennent d’Europe (Italiens, Espagnols), voire de l’autre bout du globe (Japonais, Néo-Zélandais).

Style industriel,

… Lignes scandinaves des années 60, mobilier sommaire adapté à une cabane littorale, composition poudrée très féminine, en passant par le charme (lin, pieds en chêne…), ADN du groupe : la richesse des ambiances créées est saisissante.

Trois matériaux prédominent : cuir, bois, métal. La nouveauté, réside dans l’intégration de couleurs et d’une touche féminine dans toute la gamme de produits. « Nous travaillons beaucoup avec les architectures d’intérieur. Le show-room, l’un des plus grands d’Europe, leur permet d’offrir un très grand choix à leurs clients, qui sont souvent des clientes », sourit Erwan Le Boulicaut, directeur artistique, qui navigue entre Uzès et Paris.

 

Face à la crise, Athezza mise sur l’e-commerce, de nouvelles méthodes de vente (comme le regroupement de ses produits sur une même zone dans le magasin acheteur, avec un merchandising approprié), ou encore une diversification récente dans l’aménagement intégral d’intérieurs d’hôtels (parfois jusqu’à 200 chambres) ou de chambres d’hôtes.

Athezza est ainsi présent sur les salons Equip’Hôtel et Maison&Objet (professionnels de l’art de vivre, de la décoration et du design), qui se déroulent en novembre et janvier à Paris. Le stand –pas moins de 1 000 m2 ! –est entièrement réalisé à Uzès, en grandeur réelle, puis déconstruit et transporté vers le salon. « Il faut entre 13 et 15 semi-remorques », précise Erwan Le Boulicaut. Avec Bruno Martin, PDG fondateur (en 1992), les voyages en Asie et en Europe de l’est rythment les saisons. « On se déplace dans les usines pour voir ce qu’ils peuvent faire. Soit on part d’un meuble existant pour le transformer à la mode industrielle, soit on dessine notre propre collection. »

Chaque année, deux vagues de 400 nouveautés chacune déferlent sur le marché : lignes de vaisselles, verres, canapés, fauteuils, mobiliers de jardin… Une équipe de designers free lance vient alors en renfort. Le process est bien établi : dessins transformés en échantillons, essais chez les clients, validation, création, présentation dans le show-room et lancement des chaînes de fabrication dans des usines situées en Inde, en Chine, au Vietnam, en Thaïlande, aux Philippines, en Pologne, en Tchéquie et en Turquie.

Jamais à court de projets, Bruno Martin, autodidacte de 54 ans, projette d’ouvrir l’an prochain un show-room dans l’ouest parisien. D’une surface comprise entre 600 et 1 000 m2, cette nouvelle implantation permettra à Athezza de toucher la Bretagne, le Nord et l’Ouest de la France.

Le centre névralgique restera bien à Uzès, où sont déployés 22 000 m2 de bâtiments neufs –show-room, bureaux, stockage, logistique informatisée. Un emplacement idéal, à tout juste une heure par la route du port de Fos, où sont débarqués les conteneurs, et à proximité immédiate de l’autoroute A9.

Profils Systèmes affectionne particulièrement le volet « indus » de la collection d’Athezza. Celui-ci vient enrichir les show-rooms de l’industriel héraultais, qui ne se limitent désormais plus aux seuls fenêtres et ouvrants.

Les clés d’une success-story gardoise

Un self-made man version gardoise. Originaire d’Uzès, Bruno Martin a créé le groupe Athezza-Hanjel, et ses 50 salariés, de toutes pièces, en 1992. Avec, pour modèle, le magasin de vaisselle de ses parents, il loue un stand de 8 m2 au salon Maison&Objet.

Il y a présente une cloche à melon renversée, et des gros bocaux avec des fruits au vinaigre. Banco : on s’arrache très vite le style de ce jeune créateur. Toujours aujourd’hui à l’origine des nouvelles collections, aux côtés d’Erwan Le Boulicaut (son directeur artistique), Bruno Martin est également un redoutable homme d’affaires. Dans son milieu, il fut l’un des premiers à partir en Asie, anticipant les enjeux de la mondialisation.

Aujourd’hui, Athezza est présent commercialement en Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Russie, Dubaï, Corée du Sud, Taïwan, Japon, Nouvelle-Zélande, Australie, Etats-Unis, dans les pays scandinaves et de l’Est. Autre atout : par la diversité de ses produits, Athezza résiste aux caprices des modes. « Beaucoup d’entreprises rencontrent des difficultés du fait qu’elles sont restées mono produits, observe Erwan Le Boulicaut. Pour rester dans le Gard, prenez l’exemple d’Antix.» Basé à Gallargues, ce producteur de meubles à l’ancienne, liquidé en 2011, « était pourtant de belle facture, et pouvait se targuer d’une fabrication française. C’est vraiment dommage. »

 

Athezza-Hanjel
www.athezza-hanjel.com

Photos : Richard Sprang

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.